Paiement sans contact avec une carte bancaire, validation du titre de transport avec un pass Navigo, accès à une salle de sport avec une carte à passer devant un lecteur, et encore bien d’autres… Tous ces exemples ont comme point commun de reposer sur une technologie que nous allons aborder aujourd’hui dans cet article : la puce RFID.

FONCTIONNALITES

Historique de la technologie

La puce Radio Fréquence Identification (RFID) est aujourd’hui une technologie qui commence à prendre beaucoup de place dans notre quotidien. Pourtant, connaissons-nous réellement son fonctionnement, ses utilisations, ainsi la technologie sur laquelle elle se base ? C’est ce que nous allons essayer de comprendre dans cet article.

Tout d’abord, il convient de comprendre ce que signifie cet acronyme. La RFID regroupe tous les outils qui utilisent des ondes radio dans le but d’identifier quelque chose. Les objets (ou les personnes, nous pourrons aborder ce sujet en fin d’article) passant à côté d’un récepteur sont donc identifiés grâce à la lecture de la puce par le dit récepteur.

Comme beaucoup de technologies dans notre monde, les puces RFID ont été crées à des fins militaires, à la fin de la 2ème guerre mondiale, en 1948.

Ce n’est que pendant les années 1980 que la technologie se démocratise, notamment en subissant une miniaturisation conséquente, permettant la commercialisation, notamment sur les marchés américains et européens dans un premier temps. Le prix diminue également drastiquement, rendant la puce nettement plus accessible.

C’est en 2005 que les puces RFID commencent à entrer dans le quotidien des consommateurs, puisque le géant Wal-Mart décide d’imposer la technologie à ses plus gros fournisseurs. Cette avancée permet donc, avant même que nous parlions de phygital, au géant de la distribution de gérer ses stocks de manière automatisée et sans y passer des heures.

Depuis cette avancée, de nombreuses entreprises comme Decathlon, Etam, ou le groupe Beaumoir ont décidé de faire le même choix que Wal-Mart sur l’utilisation de cette technologie.

Explications sur le fonctionnement[1]

Maintenant que nous en savons un peu plus sur la genèse de cette puce RFID, nous allons essayer d’en comprendre le fonctionnement.

Tout d’abord, il faut comprendre que la technologie RFID est en fait composée de deux sous-catégories : le Near Field Communication (NFC) ainsi que l’Ultra Haute Fréquence (UHF).

La différence entre ces deux sous-catégories est la distance à laquelle la puce peut être lue.

Comme son nom l’indique, le NFC - qui peut être traduit par « Communication en champs proches » - repose sur le principe d’échange d’informations entre une puce et un lecteur, sur une distance très réduite. On se sert par exemple de cette puce pour payer sans contact.

D’un autre côté, l’UHF repose sur le même principe, mais avec une distance de détection de la puce pouvant être bien plus grande.

On peut alors se demander comment de si petites puces parviennent à échanger des informations suffisamment complexes pour gérer des transactions financières.

Il faut comprendre que la technologie RFID est en fait composée d’un « tag RFID » ainsi que d’un « récepteur RFID ». Le « tag RFID » est lui-même composé d’une puce et d’une antenne émettrice. Le rôle de la puce est donc de stocker des informations sur l’objet où elle est placée. L’antenne, quant à elle, permet d’envoyer ces informations au récepteur RFID via des ondes radios.

Une fois transmises, les ondes radios sont lues par le récepteur, qui transforme les ondes en informations intelligibles. Afin de mieux comprendre ce fonctionnement, je me permets d’emprunter le schéma suivant au site Redsen Consulting  qui a rédigé un article très intéressant sur le sujet :

Figure 1 - Schéma du fonctionnement des puces RFID

Pour terminer sur le fonctionnement des puces RFID, il convient de faire la distinction de trois niveaux de puces sur le marché : les puces passives, les puces actives, et les puces intelligentes.

Les puces passives sont activées seulement lorsqu’on approche un lecteur qui déclenche la puce grâce aux ondes.

Les puces actives fonctionnent avec une batterie et transmettent donc de manière autonome les informations qu’elles ont à partager.

Enfin, les puces intelligentes sont équipées d’un système nécessitant une identification avant de partager les informations. Tant que l’identification n’est pas faite, les informations sont cryptées, et donc illisibles.

Eléments chiffrés sur l’utilisation actuelle

Afin de se rendre compte de l’étendue de l’utilisation de ces puces dans notre quotidien, voici quelques chiffres :

Le marché mondial des puces RFID était en 2010 de 5,6 milliards de dollars américains. Il est aujourd’hui de plus de 11 milliards de dollars.

C’est un marché qui est en constante évolution, et les prévisions indiquent le marché devrait s’élever à plus de 15 milliards de dollars en 2024.

D’après les estimations, il devrait se vendre en 2024 plus de 41 milliards de puces RFID, ce qui est colossal. Si on rapporte ce chiffre au nombre d’humains sur Terre, ce serait donc de 5 puces RFID par humains.

[1]NFC – Near Field Communication – Principes et applications de la communication en champ proche - Dominique Paret, Xavier Boutonnier, Youssef Houiti

ENJEUX DU DISPOSITIF

Protection des données personnelles[1]

Dans une société où les données personnelles sont de plus en plus protégées, la question autour de cette technologie se pose également.

La question de la protection des données personnelles et des entreprises se pose dans ce contexte de développement important des puces RFID partout dans le monde.

En effet, une puce qui peut parfois contenir des informations tout à fait importantes – comme les informations bancaires par exemple – va forcément attirer des personnes malveillantes qui pourraient chercher à s’en emparer.

Il se trouve qu’il n’existe actuellement pas vraiment de protocoles mis en place pour assurer une totale protection des données personnelles. La CNIL préconise aux entreprises de communiquer auprès de ses clients quant à la présence d’une puce RFID dans les produits vendus, via un logo sur le packaging du produit par exemple. La possibilité de désactiver cette puce, gratuitement et dès l’achat est également fortement recommandée. On conseille également de crypter les informations importantes présentes sur une telle puce afin d’éviter toute extorsion.

Compte tenu de la présence d’informations personnelles sur ces puces, on peut alors faire le rapprochement avec la loi RGPD. La réglementation est encore assez floue, et la RGPD ne semble pas s’appliquer dans tous les cas puisque toutes les puces RFID ne contiennent pas d’informations personnelles.

Dans ce contexte assez incertain, il convient donc d’être prudent, et d’essayer de se renseigner au maximum sur la présence ou non de puce RFID dans nos gestes du quotidien.

Enjeux environnementaux

Bien que les puces RFID puissent aider à la gestion des déchets, et donc à la réduction de l’impact environnemental, nous allons voir que la production de ces puces a un impact très important sur la planète.

Composées de silicium pour fabriquer la puce, ainsi que de cuivre pour fabriquer l’antenne, la technologie RFID est en effet source d’épuisement des ressources naturelles non renouvelables. Leur production en nombre colossal (plusieurs milliards, comme nous avons pu le voir plus tôt, et en constante augmentation) est donc un réel problème pour l’environnement. Il faut donc des millions de tonnes de chacun des éléments qui composent ces puces pour les créer.

Il faut également voir un deuxième problème lié à ces puces. Étant minuscules, ces puces sont très souvent inséparables du produit sur lequel elles sont placées. Il est donc tout à fait impossible de les recycler de manière efficace lors de la fin de l’utilisation du produit.

La pollution est donc double, à la fois au moment de la fabrication, mais aussi au moment de la fin de vie de la puce, puisque le recyclage est impossible.

CHAMPS D’UTILISATION DANS LE PARCOURS D’ACHAT

Dans cette partie, nous allons voir les différentes utilisations de cette technologie, au sein du parcours d’achat. Nous pourrons alors nous intéresser au lien avec l’Internet des Objets, le marquage des objets ainsi que les transactions financières.

Lien avec l’Internet des Objets

Avec le développement de l’Internet des Objets (IOT), les puces RFID vont prendre de plus en plus d’ampleur. C’est notamment pour cela que les prévisions estiment que ce marché va continuer de grandir.

En effet, ces objets connectés ont besoin de communiquer de manière efficace et rapide. Ils ont à la fois besoin de recevoir des informations et d’en envoyer. La technologie RFID est donc parfaite pour cette utilisation.

Bientôt, nous vivrons dans un monde où la quasi-totalité des objets de notre quotidien seront connectés, et auront donc une puce RFID pour communiquer.

Marquage d’objets

Sujet autour de la grande distribution – marquage des produits

Le marquage d’objet est une des premières utilisations de la technologie RFID. Très rapidement, Wal Mart a compris l’intérêt de ces puces dans la grande distribution, et a donc demandé à ses fournisseurs les plus importants d’intégrer de telles puces dans les produits.

Un tel procédé a plusieurs avantages qui ne sont d’ailleurs pas encore forcément tous exploités.

On peut par exemple parler du fait qu’avec des produits marqués d’une puce RFID, les stocks sont beaucoup plus rapides à effectuer, puisqu’il suffit de passer avec un lecteur UHF dans les rayons, pour se rendre compte en quelques secondes des produits présents ou non. Cette utilisation est déjà utilisée dans les magasins Wal Mart, mais également en France, dans les magasins Decathlon.

En effet, la marque de produits de sport française a pris le pas des puces RFID il y a déjà plusieurs années. C’est une des seules entreprises françaises capable de faire cela, puisqu’elle maîtrise très bien sa production, et vend principalement ses propres produits.

Cela n’est pas envisageable pour l’instant dans les magasins de grande distribution puisque les fournisseurs sont très nombreux, il est donc compliqué de tous leur demander d’implanter des puces RFID dans leurs produits.

Le marquage des produits dans la grande distribution permettrait également, à terme, de supprimer le temps d’attente en caisse. Un simple scan du caddy, arrivé en caisse, éviterait par exemple de sortir tous les produits pour les poser sur la caisse. On pourrait même imaginer que tout ce processus de paiement se fasse de manière automatisée et sans le besoin d’une présence humaine en caisse. Cela est très différent des caisses automatiques que nous caissons déjà, puisqu’aucun vol n’est possible avec cette technologie.

Transactions financières[2]

Pour finir sur les différentes utilisations possibles dans le parcours d’achat, abordons le sujet des transactions financières.

En effet, c’est une utilisation qui est déjà très présente dans notre quotidien, puisque le paiement sans contact est de plus en plus utilisé un peu partout dans le monde, mais surtout dans les pays développés et riches.

Ce moyen de paiement est d’ailleurs facilité en France, puisque les montants maximums d’utilisation augmentent régulièrement. D’un montant initial de 20 euros par jours, nous sommes rapidement passés à 30 euros, voire plus en fonction des banques.

En cette période de pandémie mondiale, le montant a encore été augmenté pour éviter tous contacts lors des paiements

OUVERTURE


Marquage d’êtres vivants

Depuis le début de l’article, nous parlons uniquement de marquage d’objets. Cependant, certaines personnes ont commencé à s’intéresser au marquage d’êtres humains.

En effet, depuis 2015 en France, et un peu avant aux USA, la possibilité de s’implanter une puce dans le corps (de la taille d’un grain de riz) est autorisée.

Dans le but de tracer les déplacements d’une personne, ou bien dans le but d’autoriser l’accès à certains endroits seulement aux personnes ayant des puces, le marquage humain se développe tout doucement.

Cette utilisation est bien entendu très contestée et peut faire peur. Les associations de défense des droits de l’Homme ont déjà déposé des dossiers afin de contrôler cette utilisation.



[1]LE CONTRÔLE DES BIENS PAR LES PUCES RFID et RESPECT DES DONNEES PERSONNELLES - Pr. E. Vigano, Haute Ecole de Gestion de Genève & Nicolas Rosenthal, Legal Adviser & Lead Auditor, E-DROIT 2008

[2]Les cartes de paiement interactives – La technologie HCE - APAPOULLE Théodore – BOUABID Mohammed – CHATIRON Thibault – JEMBA KOUM Adrien