Smart retailing, magasin intelligent, show-room connecté, boutique digitalisée, commerce augmenté.... Le point de vente physique est-il en train de devenir, en matière de transformation digitale, la « nouvelle frontière » du commerce ?

Alors qu’au début des années 2000, le développement spectaculaire du e-commerce faisait craindre la disparition de la boutique physique, les commerçants, un temps sidérés, ont rapidement réagi par l’ajout d’un canal digital à leurs réseaux de points de vente, basculant dans une organisation en silos qualifiée de «click and mortar». Le terme «mortar» représentait alors l’aspect physique du réseau mais aussi quelque part, son inertie. Or, face à un consommateur devenu mobiquitaire mais aussi « channel agnostic », les enseignes se sont vues contraintes de lui offrir une expérience d’achat fluide et sans couture. Le magasin ne peut désormais plus rester en marge de cette expérience d’achat enrichie par le digital et réclamée par le consommateur. Vitrines interactives, cabines connectées, bornes d’information ou d’achat, reconnaissance faciale, affichage dynamique, vendeurs augmentés… les innovations se multiplient en points de vente pour fluidifier le passage entre les canaux digitaux et la boutique, mais aussi pour proposer un shopping plus qualitatif aux plans fonctionnel et expérientiel.

La boutique ne disparaitra pas mais elle se transformera profondément sous l’impulsion du digital. Avec l’émergence et la multiplication d’innovations phygitales, le magasin est devenu aujourd’hui la «nouvelle frontière» du commerce.

De l’échoppe au smart shop, l’innovation a toujours stimulé le polymorphisme du point de vente

L’histoire du commerce est émaillée d’innovations qui ont été impulsées par les révolutions industrielles. « La troisième révolution industrielle ne fait pas exception à la règle et nous avons vu se développer un commerce phygital fruit de la digitalisation du magasin » (Daucé B & Gouday A., 2017, p.253).

Comme le rappelle M. Filser (2018), le premier analyste de cette révolution du commerce de détail ne fut autre qu’Emile ZOLA lorsqu’il décrivit avec talent et force détails, dans Au bonheur des Dames, l’avènement du premier grand magasin, contribution fondatrice du visionnaire Aristide BOUCICAUT, au commerce moderne. A cette époque, le paysage commercial était parsemé d’une myriade d’échoppes de petite taille, qui avaient attendu la révolution industrielle et son inexorable exode vers les villes, pour prospérer sur des zones de chalandise densifiées. Dès lors, l’apparition du BON MARCHE, frappa les esprits tant par le format du magasin qui offrait un assortiment inattendu, que par son approche récréative de l’achat et ses méthodes managériales disruptives en point de vente. Néanmoins, le format imposant du grand magasin empêcha son développement sur des villes de taille plus petite et la crise économique sans précédent des années 1930 favorisa le développement de sa déclinaison plus modeste, le magasin populaire.

C’est durant cette période que le commerce entre dans un paradigme financier (Badot O. et al., 2018) : le prix devient un critère déterminant d’achat, ce qui fonde la recherche d’innovations de la part des commerçants, en vue d’une minimisation de leurs coûts d’exploitation. L’américain M.J. CULLEN invente le libre-service et prouve à ses confrères sceptiques que la vente assistée n’est pas le seul modèle possible. Dès lors, l’optimisation des coûts, rendue possible aux plans logistique et merchandising, ouvre la voie au hard discount qui apparait après-guerre sous l’impulsion des frères ALBRECHT en Allemagne ou de la famille LECLERC en France. « Il s’agit de minimiser les coûts et les marges, et de redistribuer au consommateur les bénéfices qui en découlent » (Badot O. et al., 2018, p.35).

Les trente années suivantes sont marquées par, d’une part, le développement de la production de masse où l’automatisation des usines et la standardisation des fabrications permettent une productivité jamais atteinte jusqu’alors, et, d’autre part, la communication de masse favorisée par l’essor des mass media. L’équipement commercial migre alors des centres-villes vers les périphéries pour offrir un « hyperchoix » en matière de consommation à des ménages désormais motorisés et habitant en banlieue. L’apparition de ces grandes surfaces alimentaires ou spécialisées, conjoint au développement de la production et de la communication de masse, va favoriser l’avènement de la consommation de masse.

Dès lors, les marchés devenant hyperconcurrentiels, l’impératif de différenciation des enseignes s’impose ; le prix, l’assortiment des produits ou la localisation des magasins ne suffisant plus au succès commercial. L’enseigne devient alors une marque pour laquelle il faut créer de l’engagement, celui-ci bénéficiant ensuite à ses différents formats de vente. Cela signe l’émergence d’un distributeur intégrateur (Filser, 2018) qui, en se fondant sur une intégration verticale forte appuyée par une image puissante d’enseigne, maîtrise ses coûts d’approvisionnement et répercute ses gains au travers d’un circuit de distribution multicanal. Dès lors, « le commerce est géré comme une marque. La notion de «préférence» du consommateur se substitue à la notion de satisfaction » (Badot O. et al., 2018, p.37).

Puisqu’il s’agit désormais de créer de l’engagement vis-à-vis de la marque-enseigne mais aussi de faire face à la montée spectaculaire du e-commerce, les commerçants vont en point de vente solliciter, non seulement l’ensemble des sens du shopper (#marketingsensoriel), mais aussi ré-enchanter la visite en magasin pour proposer une expérience divertissante (#retailtainment) : les lieux de vente deviennent des lieux de vie[1].

Aujourd’hui, le magasin continue sa mue en intégrant un digital devenu omniprésent dans la vie du shopper. Connecté en permanence, ses habitudes et comportements d’achat changent de manière irrégulière, voire aléatoire : Qualifié d’ATAWAD (AnyTime, AnyWhere, Any Device), le shopper peut alternativement s’informer en ligne avant d’acheter en magasin (ROPO : Research On-line, Purchase Off-line) ou s’informer en magasin avant d’acheter en ligne (Showrooming consommateur).

Cette révolution digitale considérée comme la troisième révolution industrielle, impose aux magasins de se transformer pour mieux accueillir un chaland désormais hyper-connecté et ultra-sachant (Barba C., 2013).

Les enseignes travaillent désormais sur l’intégration de dispositifs digitaux innovants au sein de leurs magasins pour améliorer le service rendu à leur clientèle : le point de vente se réinvente en un espace de « libre-service élargi » combinant canaux virtuels et réels (Vanheems R., 2013). Ainsi, si l’innovation a toujours constitué un élément récurrent et catalyseur de l’histoire du commerce, l’enjeu de l’intégration du digital en point de vente est aujourd’hui considérable : il s’agit pour les détaillants de «réinventer tout à la fois, la vente de détail et l’expérience du client du 21ème siècle» (Bèzes C., 2019, p.95), au travers d’un magasin « intelligent » où la maîtrise de l’information pourrait permettre de développer services pour le client et revenus pour le commerçant.

Smart retailing : de quoi parle-t-on ?

Dans l’acception la plus courante, le smart retailing correspond à une forme de commerce connecté où les dispositifs digitaux autorisent la prise en charge d’un parcours d’achat fluide entre canaux. Si le concept est apparu en 2014 avec la contribution de Pantano et Timmermanns « What is smart for retailing ? », les approches académiques restent rares. Selon Roy et al. (2017), c’est « un système de vente interactif et connecté entrainant la multiplication des points de contact pour personnaliser l’expérience du client … et optimiser la performance de ces points de contact ». Dès lors, l’adoption de dispositifs digitaux dans les magasins peut potentiellement être source de création de valeur à la fois pour le chaland et pour le commerçant, à condition toutefois de maîtriser leur usage et notamment l’exploitation des data qui en sont issues. Si pour certains auteurs, l’approche est techno-centrée, pour d’autres il est nécessaire de la compléter par une approche centrée sur l’humain, liée au management du changement et par une démarche centrée sur les data, impactant nécessairement le système d’information de l’enseigne.

Le magasin connecté est mort, vive le magasin augmenté ![2]

Le magasin augmenté de dispositifs digitaux constitue l’élément central du smart retailing. Ce magasin augmenté délivre, grâce à des technologies auparavant réservées au web, une expérience omnicanal qui conjugue paradoxalement physique et digital (« phygital »), proximité et distance, liberté de l’individu et intrusion dans sa vie privée (Bodhani, 2012).

Cabines connectées, vitrines interactives, paiement mobile, bornes de commandes, beacons, applications mobiles, vendeurs connectés… Le magasin augmenté de ces nombreux dispositifs phygitaux permet d’offrir un assortiment plus grand, davantage de services et une expérience améliorée pour une offre physiquement souvent moins présente en surface de vente : En quelques sortes, un magasin augmenté pour une expérience d’achat améliorée !

Du smart retailing à l’intégration des canaux

Introduire de nouvelles technologies en point de vente ne suffit pas, dans l’absolu, à améliorer l’expérience de magasinage du client : il faut aussi que ces technologies soient des passerelles entre les canaux physiques et virtuels pour offrir au consommateur la possibilité d’une véritable déambulation inter- et intra-canaux au cours de son parcours d’achat (HEITZ-SPAHN, 2013). En ce cas, la digitalisation des points de vente répond aux contraintes de l’intégration des canaux. De nombreuses enseignes font le choix d’abandonner leur organisation multicanale, au profit d’un circuit cross- voire omni-canal, préférant une meilleure intégration de leurs canaux de vente à une gestion hermétique en silos. Le tableau ci-après présente les éléments de différenciation de ces trois stratégies :

Source : PICOT-COUPEY K., HURE E. & MICHAUD-TREVINAL A., 2018, p.276

Au-delà de ces différences d’approche, la véritable divergence réside dans le fait que l’omnicanal est customer-centric alors que le multi ou le cross-canal restent retailer-centric. En cela, l’émergence de ces nombreux dispositifs innovants en points de vente est convergente d’une approche omnicanale telle que définie par Rigby (2011, p.67) : la distribution omnicanale correspond à une « expérience de distribution intégrée qui mêle les avantages des magasins physiques et l’expérience riche en informations du commerce en ligne, les retailers pouvant interagir avec les clients au moyen d’innombrables canaux ». On comprend, dès lors, que les dispositifs phygitaux correspondent à l’approche omnicanal. D’ailleurs, Daucé et Goudey (2017) définissent le commerce phygital comme « le mariage du monde physique et du monde digital au sein du point de vente afin de pouvoir proposer au client une expérience plus riche et continue entre les différents canaux » (p.262).

Dans l’approche omnicanal, fondamentalement customer-centric, la notion de canal s’efface au profit de celle de points de contact entre la marque-enseigne et le client. Dès lors, ceux-ci se succèdent tout au long du parcours d’achat du client et les dispositifs digitaux jouent un rôle de maillage entre ces points de contact :

Quels dispositifs pour un parcours d’achat sans couture?

Les dispositifs phygitaux sont nombreux. Parmi ceux-ci, les dispositifs dits « Web-to-store » permettent au commerçant de rediriger un internaute vers ses points de vente physiques, de manière à améliorer la fréquentation de ceux-ci grâce à un trafic qualifié (Picot-Coupey et al., 2018, p.279) :

-       Store locator : permet de localiser un magasin

-       Référencement local : permet d’être visible lors d’une requête sur les moteurs de recherche

-       Click & collect / click & pick up : permet de commander en ligne et de récupérer sa commande en magasin

-       Visibilité des stocks : permet de vérifier la disponibilité du produit en magasin

-       Prise de RDV avec un vendeur en ligne : permet la prise de RDV pour un conseil personnalisé

-       Wishlist/ panier persistant : permet d’accéder à une liste de souhaits, élaborée et consultable en ligne

-       Distribution de coupons sur mobile par géolocalisation : envoi des offres de réduction sur le mobile du prospect quand il se trouve à proximité du magasin (geofencing)

-       Promotion associée à un achat en magasin en ligne : offre aux clients des réductions uniquement valables en magasin après une visite sur le site ou sur l’application mobile.

Les dispositifs dits «store-to-web» ou «web-in-store», quant à eux, pallient les limites des points de vente en termes d’assortiment mais permettent également de développer la fidélité à la marque-enseigne (Picot-Coupey et al., 2018, p.280) :

-       Catalogue virtuel : permet de visualiser l’ensemble des références de l’enseigne et notamment celles qui ne sont pas disponibles en magasin mais qui peuvent être commandées dès le magasin

-       Localisation de commande ou de produit dans un autre point de contact : permet de commander le produit en cas de rupture de stock, localise rapidement le produit recherché dans un autre point de vente

-       Promotion associée à un achat en magasin physique : offre aux clients des réductions valables sur le site après un achat en magasin

-       Carte de fidélité et ticket de caisse digitalisés : synchronise le ticket de caisse et le compte fidélité entre tous les points de contact

-       Panier persistant : enregistre une sélection d’articles en magasin pour les retrouver sur n’importe quel points de contact.

Quelles technologies pour un magasin augmenté ?

Les dispositifs phygitaux sont donc nombreux mais peu étudiés dans la littérature académique, tant du point de vue de leur recensement, que de l’influence qu’ils pourraient avoir sur le comportement du consommateur ou sur la rentabilité du commerçant. A notre connaissance, seule l’étude menée par Willems et al. (2016) a dénombré un inventaire de 178 technologies utilisées par la distribution et a exploré leur influence en matière de réduction des coûts pour le distributeur et en matière de valeur perçue par le shopper.

C’est donc pour tenter d’approfondir notre connaissance de ces dispositifs phygitaux innovants qu'un livre blanc a été élaboré de manière collective et sera disponible sous peu en téléchargement sur le blog :

Stay tuned!


REFERENCES :

BADOT O., LEMOINE J.F. & OCHS A. (2018), Distribution 4.0, Pearson

BARBA C. (2013), Le magasin n’est pas mort, disponible en téléchargement sur le site de la FEVAD.

BEZES C., Quel smart retailing en magasin pour quelle expérience omnicanal vécue ?, Recherche et Applications en Marketing 34, n°1, pp 95-118

BODHANI A. (2012), Shops offer the e-tail experience, Engineering & Technology 7, n°5, pp 46-49

DAUCE A. & GOUDEY A. (2017), Le magasin du futur : le phygital au service du smart shop, in RIEUNIER S. (coord.), « Marketing sensoriel et expérientiel du point de vente », 5ème édition, Dunod

FILSER M. (2018), Un panorama de l’évolution des théories de la dynamique du commerce de détail, in PERRIGOT R. (dir.), « Retailing et localisation, une approche multidisciplinaire », Presses Universitaires de Provence, Aix Marseille Université

HEITZ-SPAHN S. (2013), Cross-channel free-riding consumer behavior In a multichannel environment : an investigation of shopping motives, sociodemographics and product categories, Journal of retailing and Consumer Services, vol.20, n°6, pp 570-578

PANTANO E. & TIMMERMANNS H. (2014), What is smart for retailing?, Procedia Environmental Sciences 22, pp 101-107

PICOT-COUPEY K., HURE E. & MICHAUD-TREVINAL A. (2018), Commerce omni-canal, vers quels dispositifs de maillage entre points de contact?, in PERRIGOT R. (dir.), « Retailing et localisation, une approche multidisciplinaire », Presses Universitaires de Provence, Aix Marseille Université

RIGBY D. (2011), The future of shopping, Harvard Business Review 89, n°12, pp 65-76

ROY S. & al. (2017), Constituents and consequences of smart customer experience in retailing, Technological Forecasting and Social Change124, pp257-270

VANHEEMS R. (2013), La distribution à l’heure crosscanal : une redéfinition du rôle du vendeurs, Décisions marketing 69, pp 43-59

WILLEMS K., SMOLDERS A., BRENGMAN M., LUYTEN K. & SCHONING J. (2016), The path-to-purchase is paved with digital opportunities : an inventory of shopper-oriented retail technologies, Technological Forecasting and Social Change


[1] . Pour approfondir ces éléments, il est possible de consulter cette infographie reprenant l’évolution de l’expérience client en points de vente de 1800 à 2050 : https://www.e-marketing.fr/Thematique/retail-1095/Infographies/evolution-experience-client-points-vente-1800-2050-313438.htm

[2] . https://www.e-marketing.fr/Thematique/retail-1095/Breves/Magasin-augmente-espace-experience-307463.htm